Impact et défis des déficits cognitifs - Entretien avec Kamilla Miskowiak

Entretien avec Kamilla Miskowiak de l'hôpital universitaire de Copenhague (Danemark)

Quel est l'impact des symptômes cognitifs sur la capacité des patients à fonctionner et à reprendre le travail ?

Les déficits cognitifs constituent un problème clé pour de nombreux individus atteints de troubles de l'humeur. Ils persistent souvent dans les périodes de rémission, même lorsqu'une personne va relativement bien. Ces déficits constituent un réel obstacle et entravent le fonctionnement professionnel des personnes atteintes. Ils peuvent créer un stress et entraîner des problèmes dans la prise de décision ; ils sont également associés à un risque majoré de rechute.

Le déficit cognitif a également des impacts sociaux. Si des personnes n'arrivent pas à participer à une conversation ou à se rappeler ce que les autres ont dit, elles ne sont pas en mesure de s'investir dans la vie sociale de la même manière qu'auparavant.

 

Quels sont les obstacles les plus significatifs dans le traitement des troubles de l'humeur ?

Il ne s'agit pas seulement de se sentir bien, mais également de bien fonctionner si on veut être bien.

Le déficit cognitif n'est pas suffisamment ciblé par les traitements actuels. Cela constitue un défi dans la mesure où ces problèmes sont un obstacle pour les patients. Il est également vrai qu'il n'y a pas de consensus sur le moment et la manière d'évaluer la cognition. Nous avons besoin de recherches complémentaires sur les outils de dépistage, ainsi que de directives sur la manière de les utiliser. Nous avons également besoin d'études randomisées sur le traitement ciblé du déficit cognitif.

Dernièrement, les priorités ont évolué, passant de la simple amélioration des symptômes de l'humeur -- afin de faire passer les patients en dessous d'un score seuil défini -- à un paradigme dans lequel l'objectif est la récupération fonctionnelle. Cela inclut la qualité de vie et la capacité de travail. Pour les patients, il ne s'agit pas simplement de se sentir bien, mais également de bien fonctionner s'ils veulent être bien.

Peut-on faire quelque chose pour faciliter la reprise du travail des personnes en rémission d'un TDM ?

Il y a deux étapes à suivre : tout d'abord évaluer le fonctionnement cognitif chez les patients – établir qu'ils sont réellement prêts à réaliser les tâches requises. Un rapport neuropsychologique pourrait alors être élaboré, identifiant les forces et les faiblesses du patient. Nous pourrions ensuite exploiter leurs forces et ajuster les exigences au travail pour pallier leurs faiblesses. Cela devrait améliorer le taux de succès dans la reprise du travail, ce qui est beaucoup plus valable que de maintenir les patients en arrêt. Les gens veulent être productifs et apporter leur contribution.

Références

Interview menée par un correspondant de H.Lundbeck

Vous êtes en train de quitter Progress in Mind
Accès médecin obligatoire
Pour avoir accès, merci de nous fournir la preuve que vous êtes un professionnel de santé
Hello
Please confirm your email
We have just sent you an email, with a confirmation link.
Before you can gain full access - you need to confirm your email.
The information on this site is exclusively intented for health care professionals.
All the information included in the Website is related to products of the local market and, therefore, directed to health professionals legally authorized to prescribe or dispense medications with professional practice. The technical information of the drugs is provided merely informative, being the responsibility of the professionals authorized to prescribe drugs and decide, in each concrete case, the most appropriate treatment to the needs of the patient.
Congress
Register for access to Progress in Mind in your country