Les problèmes négligés des troubles de la parole et de la déglutition répondent à une prise en charge intégrée

Affected basal ganglia and nigrostriatal system may impact speech and swallowing, - develop Parkinsons disease

Les troubles de la parole peuvent apparaître avant les symptômes parkinsoniens classiques et constituent un marqueur sensible de neurodégénérescence. Parallèlement aux altérations du langage, des troubles de la déglutition sont observés chez 90% ou plus des personnes présentant une maladie de Parkinson (MP) clinique. La dysarthrie et la dysphagie altèrent toutes deux la qualité de vie. La deuxième peut également être responsable d'une pneumonie d'aspiration engageant le pronostic vital.

L'une des facultés humaines les plus complexes, la parole, requiert l'interaction coordonnée d'environ une centaine de muscles différents, et est hautement sensible aux troubles cérébraux émergents. Dans la maladie de Parkinson, le problème est essentiellement constitué par une dysarthrie hypokinétique survenant à la suite de lésions dans le noyau caudé et le système nigro-strié. 

Les dysarthries sont retrouvées chez 90% des patients souffrant de MP. Bien que les patients diffèrent, un tableau typique est constitué par une voix faible ou voilée accompagnée d'une perte de modulation et d'une articulation imprécise, et éventuellement d'hésitations, ressemblant aux difficultés à l'initiation de la marche, et de brefs flux de paroles similaires à des festinations. 

La parole dans la MP présente des anomalies similaires à celles de la marche

Les troubles de la parole, un biomarqueur précoce

Les troubles de la parole constituent une caractéristique précoce de la maladie.  Une étude sous presse montre que dans le trouble du comportement en sommeil paradoxal, souvent considéré comme un prodrome de la MP, les troubles de la parole établissent une distinction entre les personnes avec la maladie et les témoins sains, avec une sensibilité de 96% et une spécificité de 76%. 

Les troubles de la parole limitent la communication et les interactions sociales, et partant, la qualité de vie. Dans la maladie avancée, la dysarthrie peut s'accompagner de problèmes invalidants de déglutition. Ceux-ci découlent d'une motilité réduite de la langue, de retards et de difficultés dans la formation du bol alimentaire, ainsi que d'un retard de la réponse pharyngée. 

L'éclaircissement de la gorge et la toux réflexe sont également altérés, induisant une aspiration silencieuse et un risque de pneumonie. Ces problèmes peuvent être visualisés par un examen vidéofluoroscopique de la déglutition. 

Les troubles de la parole sont corrélés au sous-score de bradykinésie de l'échelle UPDRS (Unified Parkinson’s Disease Rating Scale). Le traitement dopaminergique peut produire une amélioration à court terme dans l'articulation et la hauteur de la voix, mais ni la dysarthrie ni la dysphagie ne répondent bien au traitement par lévodopa ou par agoniste dopaminergique, en particulier dans la maladie avancée. La stimulation cérébrale profonde peut aggraver tant la parole que la déglutition. 

Tant la dysarthrie que la dysphagie sont des symptômes moteurs négligés 

 

Un travail d'équipe nécessaire pour la prise en charge

Cependant, le volume de parole peut être amélioré par une thérapie destinée à renforcer les muscles impliqués dans l'articulation et par des exercices visant à améliorer la respiration ; des tâches de parole, comme la phonation et la répétition de syllabes, peuvent améliorer l'articulation et l'intonation. 

La déglutition peut également être améliorée par des exercices permettant de renforcer le contrôle neuromusculaire de la langue. La posture doit être droite pendant la prise alimentaire, et les aliments à haut risque, comme les noix, doivent être évités. Boire à petites gorgées avec une paille permet d'éliminer l'inclinaison vers l'arrière de la tête qui rend la déglutition plus difficile. 

Tant la dysarthrie que la dysphagie constituent des exemples de symptômes moteurs négligés, problématiques dans la MP. Un travail d'équipe impliquant des neurologues et des ORL, ainsi que des orthophonistes et des ergothérapeutes – et, pour la dysphagie, également un nutritionniste – peut aider les patients à gérer ces difficultés. 

Références

Article rédigé par un correspondant de H.Lundbeck

Vous êtes en train de quitter Progress in Mind
Accès médecin obligatoire
Pour avoir accès, merci de nous fournir la preuve que vous êtes un professionnel de santé
Hello
Please confirm your email
We have just sent you an email, with a confirmation link.
Before you can gain full access - you need to confirm your email.
The information on this site is exclusively intented for health care professionals.
All the information included in the Website is related to products of the local market and, therefore, directed to health professionals legally authorized to prescribe or dispense medications with professional practice. The technical information of the drugs is provided merely informative, being the responsibility of the professionals authorized to prescribe drugs and decide, in each concrete case, the most appropriate treatment to the needs of the patient.
Congress
Register for access to Progress in Mind in your country